2793, chemin de St Claude 06600 Antibes | Tél : 04 97 21 76 91

Sharp LC-46LE700 : Le Test

Test du nouveau TV LCD Aquos Led de Sharp

Nous vous l’annoncions depuis quelques jours, Sharp, le constructeur japonais, inventeur de la technologie LCD, sort sa nouvelle gamme de téléviseurs LCD à rétroéclairage par LED.
Article : Sharp Aquos Led : L’inventeur du LCD démocratise la « vraie » LED
Nous testerons ici le modèle 46″ soit 116cm de diagonale de la série LE700. TV LCD LED : Sharp LC-46LE700
Matériel utilisé pour les tests : Gretag McBeth Eye One Pro, XRite Chroma 5, Générateur de mires Sencore VP403, Lecteur BluRay Panasonic DMP-BD60, PopCorn Hour A-110.

Déballage et montage

On reste dans la constante des emballages chez Sharp avec un produit bien calé, un pied à monter très facilement (4 vis pour maintenir le support et 4 vis pour la TV). La finition est superbe, c’est propre, joli tout en restant sobre, le pied en verre est très réussi et donne une image haut de gamme à l’ensemble. Détail important, la dalle est d’aspect glossy, donc brillante.
Niveau accessoires, on reste dans du classique avec une notice, une télécommande, les piles et le câble d’alimentation.
[nggallery id=40]

Détails Produits

On le sait, la mode est au slim, d’où une utilisation par les concurrents tels que Sony ou Samsung de la technologie LED-Edge, solution où les LED sont placées dans le contour de l’écran et la lumière diffusée sur la totalité de la dalle grâce à des polarisateurs.
Sharp a décidé d’équiper ses nouveaux téléviseurs de la technologie « Full LED » : les LED sont placées derrière la dalle LCD, à la manière des néons CCFL, d’où une uniformité de luminosité beaucoup plus importante mais aussi un produit un peu plus épais : 93mm contre 30mm pour le Samsung UE-46B7000.
Un produit donc un peu plus profond mais l’avantage de fonctionner en Full LED n’est pas négligeable.

Au niveau de la connectique, on retrouve à l’arrière 3 entrées HDMI (dont une pour le PC avec entrée audio sur jack stéréo) compatibles bien sur 1080p24, une entrée composantes, une entrée Sub-D15 (VGA), 2 entrées péritel, une sortie audio optique, une sortie audio analogique (2 RCA) et un connecteur RS-232C.
Pour le branchement avec un ordinateur, Sharp annonce une compatibilité jusqu’au SXGA+ (1400×1050) sur l’entrée HDMI et jusqu’au SXGA (1280×1024) sur l’entrée D-Sub.
Sur le côté, accessible même si l’écran est au mur, on retrouve les éternels entrées video RCA, une sortie casque stéréo, une entrée HDMI et une entrée USB. Cette dernière accepte les fichiers audio MP3 (de 32k jusqu’à 320kbps) et les fichiers JPEG (conforme DCF2.0).
[nggallery id=41]

Menus/Utilisation

On reste dans le design habituel des menus Sharp, simples, clairs et surtout complet maintenant avec un Color Management System et un réglage basique de gamma.
Dans le détail, on retrouve les éternels réglages de rétroéclairage, contraste luminosité, couleur, teinte, netteté mais aussi des réglages avancés : CMS avec réglages des teintes, saturations et valeurs sur les couleurs primaires et secondaires, un réglage précis de température de couleurs, l’activation du mode 100Hz, le mode Film (« détection automatique de la source sous forme de film, analyse et recréation de chaque image fixe du film pour une qualité d’image haute définition » cf. Notice), Activation Contraste dynamique (« contraste actif »), Gamma (réglage de -2 à +2), réduction de bruit, noir & blanc et portée OPC.
[nggallery id=42]

Mesures

Contraste : Après calibration, le contraste On/off a été mesuré à 1308:1, résultat très honorable (Attention, il s’agit de vrai contraste mesuré par notre sonde et non d’un chiffre fantaisiste à but marketing …) avec une température de couleur à 6510K à 100IRE, le taux monte à près de 8000:1 en dynamique avec contraste actif mais la température est alors hors des normes à 11500K. Pour information, la température de couleurs idéale en utilisation films et vidéo est normée à 6503K.

Le gamut : Il s’agit là de la gamme de couleurs que peut reproduire un matériel selon la norme. Ci-dessous, le triangle en continu représente la norme HDTV et le triangle en pointillé les mesures effectuées sur le Sharp 46LE700. Grâce au CMS, on arrive à de très beaux résultats avec uniquement un vert en léger décalage.

Gamut Sharp LC-46LE700

Échelle de gris : Sur les prochains graphiques, nous mesurerons la température après calibration sur toute l’échelle de gris, par pas de 10, allant de 0% de luminosité (mire noire) jusqu’à 100% (mire blanche). L’intérêt est d’avoir donc une température de couleurs semblable sur toute l’échelle de gris, cette température est la norme D65, soit 6503K. Les sondes étant peu fiables à moins de 30IRE, il ne faudra prendre en compte que les mesures de 30IRE à 100IRE.

Le premier graphique représente le Delta E qui est un nombre qui décrit l’écart entre deux couleurs, Voici la règle de lecture de ce graph : Delta E > 3 : la couleur demandée diffère de celle affichée. 1 < Delta E < 2 : le rendu des couleurs est fidèle. Delta E < 1 : c’est parfait. On voit ici l’excellent résultat sur toute l’échelle de gris où on ne dépasse à aucun moment un delta E de 2.
Le deuxième représente les couleurs primaires, rouge, vert et bleu de 0IRE à 100IRE, elles doivent se correspondre au maximum pour un résultat optimal et c’est le cas ici.
Le troisième graphique est la représentation de la température de couleurs sur l’echelle de gris.
[nggallery id=43]

Les tests

Blu-Ray 1080p24 avec Pansonic DMP-BD60
Batman : The Dark Knight / Scène de début

Excellente colorimétrie, les couleurs de la ville sont rendues avec brio, image très péchue avec une belle impression de contraste.

Piqué, profondeur de champs, profondeur des noirs, tout y est, nous sommes devant un écran fait pour la HD, ça se voit de suite.

Au niveau de la fluidité, Mode Film sur arrêt, l’effet de judder (micro-saccades) est visible mais en mettant sur avancé (Faible), l’effet est très largement atténué pour devenir presque invisible en mode avancé (élevé) mais avec une perte en naturel. Le meilleur mode est donc pour moi le mode avancé (faible) sur du 1080p24.

Un jour Sur Terre

On le sait déjà, ce film est une vraie démonstration en terme de qualité d’image mais là, quelle claque, une image à tomber, du détail, du contraste, du naturel et quelle profondeur des noirs.
L’association de la nouvelle dalle de Sharp avec le rétroéclairage par LED fait des miracles, des scènes sombres détaillées avec une belle uniformité, gros avantage du Full Led sur le LED-Edge. Tout de même, comme la majorité des écrans utilisant la technologie des LED, dès que l’on est sur les côtés, une grosse perte de contraste se fait ressentir.
Test du contraste actif qui est resté sur Off : en effet, après activation, la perte de détails dans les scènes sombres (noirs bouchés) et lumineuses (blancs brûlés) est trop importante.

DVE HD Basics

Ce Blu-Ray, véritable outil de calibration, comporte plusieurs extraits vidéos de qualité pour tester la qualité d’une image.
« Nasa » : Légères micro-saccades lorsque le mode film est sur Standard, problème très largement gommé par l’activation du mode avancé, que ce soit en faible ou en élevé. On retrouve toujours cette excellente colorimétrie associée à des noirs profonds et un très beau piqué.
24 frames mix : ça foisonne de détails, les travellings horizontaux et verticaux sont bien rendus avec un effet naturel sur le mode avancé (faible), un peu moins sur avancé (élevé). Encore beaucoup de détails dans les scènes sombres, les tons chairs sont reproduits sans problèmes. Aucun de problèmes de halos lumineux sur fond noir.

DVD 576p50 avec Pansonic DMP-BD60
Gladiator / Chapitre 9

On retrouve toujours cette excellente colorimétrie, l’upscaling fait par la Sharp est de qualité même si on est pas encore au niveau des meilleurs écrans plasmas du marché (panasonic V10, Pioneer Série 9) en terme de profondeur de champs et de détails dans les scènes sombres.
On reste tout de même sur un résultat bien supérieur que la plupart de ses concurrents dans cette gamme de prix en LCD où la qualité sur une source SD est souvent déplorable.

Détail qui a son importance : les bandes noires du 2.35 sont bien noires et se confondent pratiquement avecle contour de l’écran, une belle prestation pour cette technologie.

The Eagles : Hells Freezes Over / Hotel California

Comme la majorité des écrans plats aujourd’hui, le son n’est pas vraiment la qualité première de ce téléviseur.

Sans être le plus mauvais des élèves (Samsung est bien pire sur ce domaine), point de basses lors de nos écoutes et une présence digne d’un tube cathodique de 51cm.

Tout le monde commence à le comprendre aujourd’hui, lorsqu’on achète un écran plat, un système de son complémentaire est pratiquement une obligation, que ce soit une chaîne hifi, un système homecinéma ou une barre de son.

Conclusion

Sharp frappe un grand coup avec ce téléviseur utilisant la technologie Full Led, bien plus performante en terme d’uniformité et de profondeurs des noirs qu’un LED-Edge.

Son rapport qualité-prix est pratiquement imbattable, son concurrent direct serait aujourd’hui le Samsung 46B700. En comparaison, le Sharp représente un meilleur compromis en terme de qualité d’image, de rendu sur une source SD, de profondeur de noirs et d’uniformité de luminosité.

Le Samsung a quant à lui d’autres avantages qui pourront être plus importants pour certains : un design slim à tomber, une capacité réseau et média …

Dernière petite chose qui a son importance, tous ces produits à technologie LED ont le gros avantage de ne consommer que très peu .

Commandez sur EcranLounge.com le Sharp LC-46LE700 et profitez de 3 ans de garantie (garantie 2 ans + 1 an offert !)

Green

Test effectué par Sébastien DENIS

Posted by sebastien / Posted on 10 Sep